DES SACS… EN VEUX TU? EN VOILÀ!

Partager mes découvertes, raconter combien je suis admirative de tel ou tel créateur… Expliquer mes bonnes astuces en DIY… c’est bien joli, tout ça ; mais il serait temps que je montre un peu ce que je fais de mes journées couture !

Principalement… Des sacs !

Un jour, des petites bricoles utiles (des trousses, des porte-monnaie…) et un nouveau sac.

Une tunique ? Et un joli sac, pour changer !

Des petits pochons pour des bébés … Et encore un sac !

Ainsi de suite.

Pour finir, je dois bien le constater:  j’ai toujours un projet de sac en cours.

Dès que j’en ai terminé un, le projet suivant est déjà là, prenant forme tranquillement dans ma tête.

Je le laisse murir… puis un jour, c’est parti : Il prend forme, couleur, texture, vie !

Presque tous portent un nom… chacun raconte une histoire.

Alors, voilà : c’est décidé, je vais vous en montrer quelques-uns. Plusieurs ont été offerts sans que je n’ai eu l’idée de les photographier. Ceux-là, je ne pourrai pas les montrer ; mais il y en aura toujours d’autres. Alors, rattrapons le temps perdu.

Pour commencer, voici un sac qui fera peut-être venir le soleil car il a été conçu pour pique niquer. Il s’appelle « Le lac ».

Ce n’est pourtant pas au Lac du Bourget que je pensais en le réalisant ; mais au Lac d’Annecy… « Mon » lac que j’ai eu la chance de voir quotidiennement pendant 10 bonnes années. Désormais, c’est là qu’il vit, avec Jeanne, sa propriétaire.

C’est un sac plein de poches : 4 poches intérieures, 3 poches extérieures et un bon format pour pouvoir glisser toute une journée de rêve au bord de l’eau… Lire, bronzer, pique niquer, se baigner…

« Ô temps ! suspends ton vol, et vous, heures propices !
Suspendez votre cours :
Laissez-nous savourer les rapides délices
Des plus beaux de nos jours ! »

 

Ça vous évoque des souvenirs ? Alors, le voici, « Le Lac » :ImageImageQu’est-ce qu’on y met pour passer la journée au lac?ImageQuelques détails qui font de lui également un sac aux allures citadines avec ses petits motifs « terrasses de café », ses fermoirs aimantés brillants, les fintions en passepoil assorti, et bien entendu la petite poche pour le téléphone portable, entre-autres.ImageImageImageSon format est volumineux sans être encombrant pour autant. Le fond est bien entendu imperméable, rembourré et équipé de petits « pieds » pour pouvoir le poser sur le sable ou le gazon humide en toute tranquillité!Image

ImageVous l’avez compris: j’adore faire des sacs. Je cherche toujours à faire en sorte qu’ils correspondent parfaitement à un état d’esprit, à une utilisation spécifique… Il y en a pour tous les goûts, tous les âges, tous les usages. Alors, si vous avez envie que je vous en concocte un « pile poil comme vous voulez »… N’hésitez pas à me demander: c’est un défi que j’aurai plaisir à tenter de relever!

DIY POCHETTE DE SOIRÉE RÉVERSIBLE

Je l’avais promis : voici le Tutoriel pour réaliser à votre tour une pochette de soirée réversible. Celle dont vous verrez les photos dans ce DIY est la pochette « girly » du concours « Sac lapin » du mois dernier. Cette pochette comportait une … Lire la suite

POUR L’AMOUR DU FIL

Si vous allez à Nantes vers la fin du mois d’avril, dirigez vous vers la Tour LU , et rejoignez « La Cité ».Image

Il se pourrait bien que vous y soyez attendu par de surprenantes créatures et des fleurs venues d’ailleurs !ImageImage

Ne craignez pas ! Ces joyeuses créations sont les oeuvres Yarn Bombing  tricotées par les  nantaises du Collectif de « tricopines » : « Je tricotanantes ».Image

Le cœur battant, entrez alors dans le bâtiment devenu pour quelques jours un écrin « Pour l’Amour du fil ». Des heures d’émerveillement et de réjouissances vous y attendent.Image

Le salon « Pour l’amour du fil » s’y est installé cette année du 24 au 27 Avril 2013. J’ai eu la chance d’y passer 2 journées complètes que j’ai le plaisir de partager avec vous ici. Prendre le temps d’admirer les expositions, d’apprendre quelques nouveaux savoir-faire. Retrouver les créateurs que j’apprécie, et en découvrir de nouveaux… Tel était mon programme.

Les découvertes, voilà ce que j’ai surtout envie de partager avec vous.

Mes deux nouveaux coups de cœur, étonnamment, ne sont pas des créateurs d’accessoires ou de textiles, ni des fournisseurs de matériel. Tous deux évoluent dans le monde animalier.

Barbara Keal m’a particulièrement émue avec son étonnant bestiaire. Son amour pour la nature s’exprime dans la création d’animaux, inspirés de la magnifique région où elle vit : le Sussex. Fabriquées entièrement de laine cardée et feutrée, ses petites marionnettes à doigts irrésistibles,  les gigantesques coiffes, ou étonnantes capes m’ont transportée dans l’imaginaire de cette créatrice hors du commun.ImageImageImage

Le coup de cœur fût si fort… que j’ai adopté un petit écureuil gris. Son expression m’a séduite et je l’ai choisi ! Ma petite mascotte n’a pas encore de nom… Il va falloir y songer tant il semble vivant !Image

Mon second coup de cœur va tout droit vers le monde des ours en peluche de Cyriaque L. Son univers inspire la tendresse et la gaieté en même temps. Ce créateur d’ours en peluche de collection sait tout sur l’animal favori des enfants et partage cette passion dans son livre « Ours en peluche » (éditions « L’inédite ») qui sortira en septembre 2013. Je vous recommande vivement de souscrire à cet ouvrage qui, sans aucun doute saura à la fois vous étonner par sa partie documentée et vous donner l’envie de réaliser votre propre ours puisqu’il comporte 18 modèles expliqués avec leurs patrons à taille réelle ! La bonne humeur communicative de ce créateur ne peut laisser indifférent et je sens que ma prochaine adoption animalière… sera un ours de Cyriaque L !ImageImage

Dans mes découvertes, il y a aussi un magazine dédié aux arts du textile dans le monde et à travers l’histoire : Selvedge présente de magnifiques photos et de très intéressants articles sur le textile (en anglais) constituant une mine d’or pour trouver de l’inspiration. Si je m’étais écoutée… je crois bien que j’aurais dévalisé le stock des anciens numéros. Un stand chaleureux, habité par quelques créations de leurs artistes préférés, comme les écharpes de Sophie Digard.ImageImage

Ce que j’aime aussi, c’est lorsqu’on a l’occasion de faire la connaissance d’associations ou d’artistes qui impliquent les arts du fil dans les échanges humanitaires. C’est le cas, par exemple de Pascale Goldenberg avec son opération « Le rouge d’un jour » pour soutenir le travail des brodeuses afghanes. J’ai acheté un petit carré réalisé par une brodeuse afghane, et Pascale Goldenberg m’a remis un morceau d’étoffe rouge (recyclage de l’habillage de son stand de l’an dernier). Le challenge consiste à réaliser une composition à partir d’étoffes recyclées, dans laquelle seront inclus le carré brodé afghan (qui comporte une partie brodée avec un fil du même rouge que le tissu), et le tissu rouge… avant le prochain salon de Nantes. Un joli projet en partenariat avec le magazine Quiltmania dans lequel il est agréable de s’investir… et de se sentir utile !ImageLe plus précieux trésor que j’ai rapporté de ce salon, c’est au stand de l’association Karenni Student Development Programme (KSDP) que je l’ai acheté : Ce sont 2 coupons de broderie provenant de jupes Hmong ! Voilà de quoi m’inspirer pour une nouvelle création, peut-être dans la lignée de ma tunique « Nord-Sud »… Dans tous les cas, cet achat aura contribué  au travail de cette association qui vient en aide aux réfugiés Birmans qui vivent en camps sur la frontière Birmanie/Thaïlande. Il s’agit de financer des écoles, des habitations et de subvenir aux besoins alimentaires de cette population ayant fuit les violences de la junte militaire birmane actuellement au pouvoir dans le pays.ImageImageImage

Mon intérêt croissant pour ces associations humanitaires me montre bien que lorsque ma marque sera lancée, je compte bien dès que possible, contribuer par mon travail ou dans la recherche de mes fournitures, à cette démarche de fraternité internationale.

Autre préoccupation intéressante que celle du stand de Little Miss W qui propose d’acheter de magnifiques poupées de chiffon écologiques en coton bio en laines naturelles. On peut aussi les acheter en kit.ImageImage

Parfois, les découvertes que l’on fait tiennent à un sourire, une parole aimable qui fait qu’au lieu de se contenter d’admirer tranquillement le stand et passer son chemin… on va s’arrêter, répondre à ce sourire et commencer à parler ; puis s’apercevoir qu’en fait, ça vaut vraiment le coup de s’attarder un peu. C’est ainsi que s’est faite ma rencontre avec Fibre et créations. Cette boutique propose de beaux motifs pour personnaliser ses créations, à appliquer, à imprimer, à thermo-coller, à tamponner… comme les sympathiques tampons Made for you. Je remercie vraiment la vendeuse qui a eu la gentille attention de m’offrir en plus de ses sourires, de belles étiquettes américaines pour utiliser mes tampons!ImageImage

Deux autres stands qui respirent la joie de vivre tant par les couleurs des articles proposés que par la sympathie des vendeuses m’ont marquée : L’incroyable choix proposé par Tendance Ruban festif et coloré, et les petits pompons trouvés chez  Scarlett et Marguerite  dont les tissus ont également eu raison de ma tentation.ImageImage

Ces accessoires d’embellissement se marieront à merveille avec les bordures d’ Odile Bailloeul que j’ai retrouvée avec le plus grand des plaisirs. Toujours aussi fan des ses petites souris et de ses oiseaux, je ne peux que vous recommander une nouvelle fois d’aller visiter son site internet.

Fan et admirative, je le suis aussi de Cécile Franconie . Cette fois-ci, je me suis rendue à son stand particulièrement joyeuse car j’ai pu lui montrer le nouveau sac que j’ai réalisé à partir de son patron du « sac boule » acheté au salon « L’aiguille en fête » à Paris ; personnalisé à ma manière et réalisé avec les fournitures de mon choix. Le deal passé avec elle était justement de réaliser ce sac d’ici le salon de Nantes et de le lui montrer ! Elle a aimé mes choix de couleurs, et ça… c’était un beau compliment !

Pour finir, j’ai pris le temps de flâner dans les allées d’exposition des artistes du fil. J’ai été tout spécialement touchée par le travail de Kaffe Fassett.

Ses coloris et la simplicité avec laquelle il partage son talent m’ont vraiment séduite.ImageImageIl y aurait encore tant à dire… terminons simplement avec une photo prise à l’exposition des boro japonais et un aperçu de l’exposition « Dear Jane ».ImageImage

Pour ma part, le rendez-vous avec ce salon nantais est déjà pris pour l’an prochain… On s’y retrouvera ?Image

Si c’est « LU »… c’est tout vu!

Image

Résultat du concours « sac lapin »

Bravo à Evelyne Rafin qui a proposé la première, le 8 avril 2013, la réponse se rapprochant le plus de celle attendue :Image

Image

Il s’agit en effet d’une pochette de soirée pour mettre ses papiers, un peu de maquillage, un collant de rechange, etc…

Mais attention ! Ce n’est pas n’importe quelle pochette : C’est un petit accessoire bien « girly » !

Elle est réversible ! Un côté « chic » et un côté un peu « Kawaï ».

La pochette de soirée version « chic » (côté face):Image

Version « chic » côté dos:

Image

L’intérieur de la version « chic »:

ImageEt la version plus « Kawaï » (côté face):

ImageLe dos de la version Kawaï:

ImageL’intérieur de la version Kawaï:

ImageLes petits détails de décoration centrale:

côté chic, un bouton de nacre:

ImageCôté Kawaï, un petit noeud en dentelle à pois noirs:

Image

Comme récompense pour avoir si bien joué , et pour certaines… avec assiduité : le DIY de la pochette réversible dans mon prochain post !

Bravo quand même à toutes celles et ceux qui avaient trouvé aussi… mais après Evelyne, une proposition s’approchant bien de la réponse attendue :

Etienne Perruchon : « Une sacoche à main pour une mariée »… En soirée, ça pourrait être un mariage… pas mal vu!

Marie-Hélène Pham Ba : « Une pochette habillée pour une cérémonie » Une cérémonie en vue? Si tu es tentée, dis-le moi! Mais je suis certaine que tu es capable de la faire toi-même!

Véronique : « Une pochette pour aller à l’Opéra de Vienne » Une soirée à l’Opéra, pourquoi pas… On ira ensemble?

Lilouenseptembre : « Une mendigote » En effet… c’est bien ça ! Et … Ouf, je ne suis pas la seule à utiliser des termes un peu désuets!

Lola.M : « Un petit sac/une pochette pour une occasion » (C’est bien ça aussi !… Bien vu Lola!)

Merci à Marilyn, Justine37 et Agnès pour leur assiduité…

De plus, toutes vos propositions m’ont donné bien des idées ! Bravo, vous êtes très créatifs !

Comme il me restait un petit morceau de soie brodée écru, j’ai confectionné un petit « étui » dans lequel on peut glisser un collant de rechange ou toute autre petite chose qu’on voudrait garder discrètement dans la pochette même quand on l’ouvre ! Il est de la bonne dimension pour entrer entièrement dans la pochette :

ImageImageImageImageEncore un grand bravo à Evelyne et merci à vous tous d’avoir participé!

JEU CONCOURS: GAGNEZ LE « SAC LAPIN » POUR FÊTER LE PRINTEMPS… QUI SE FAIT DÉSIRER !

Pendant 2 semaines vous allez pouvoir jouer pour gagner ce petit sac tout simple que j’ai cousu pour vous. À emporter partout… il est si craquant avec ses petits lapins blancs! J’ai mis à l’intérieur, une petite poche à zip … Lire la suite

« Au fil des sommets » : mes réalisations prennent de la hauteur

Apprendre, s’améliorer, progresser : Voilà ce que l’on peut faire « Au fil des sommets ».

Maîtriser la fabrication et la pose des biais

Maîtriser la fabrication et la pose des biais

Ateliers d’apprentissage en couture pour amateurs débutants, débrouillés ou confirmés, c’est aussi un organisme de formation professionnel préparant aux métiers de couturière, retoucheuse, créatrice…  Parfait pour l’apprentie que je suis, envieuse d’atteindre progressivement un niveau professionnel, à mon rythme.

Le mini stage que je viens de faire m’a permis de reprendre des bases que je maîtrisais plus ou moins ; voire assez mal jusqu’à hier. Patiemment, accepter de passer une journée sur un tablier ou une matinée sur une trousse, lorsqu’on en a réalisé déjà plusieurs… C’est une véritable école.

A l’atelier, lorsqu’on apprend à faire un tablier de cuisine avec Dominique Desse, responsable de la société « Au fil des sommets » (connue aussi sous le nom de son site internet « Idées couture »); ou lorsque Julie Cosi, formatrice à l’atelier, me met devant une trousse de forme plus ou moins complexe et me dit

La pochette est reproduite: mission accomplie!

La pochette est reproduite: mission accomplie!

« Allez, tu observes, tu mesures, tu réfléchis… et tu me dis comment on refait la même ! ». Lorsqu’elles prennent ensuite le temps de s’asseoir à côté de moi, d’analyser ma démarche, me corriger, me donner des méthodes : c’est bien de pédagogie qu’il s’agit.

Maîtriser les fermetures à glissière

Maîtriser les fermetures à glissière

Les réalisations ne sont finalement que des supports motivants pour se former ; et le but, c’est bel et bien d’apprendre. C’est ce qui me plaît dans cette formation : il y a une finalité, on repart avec des réalisations personnalisées et surtout, des savoir-faire qu’on va pouvoir décliner sur ses créations futures.

Merci donc à Dominique Desse qui dirige l’organisme de formation et à Julie Cosi, retoucheuse ayant fondé son entreprise « Fée des points » depuis un an à proximité de Lyon (Contact « Fée des points » : retouches, couture et réparations : ici).

« Au fil des sommets » : Une histoire à suivre, grâce à laquelle peu à peu, mes réalisations et mes créations prendront de la hauteur!

Un petit montage sympathique

Un petit montage sympathique

Un biais en passepoil pour border la poche du tablier

Un biais en passepoil pour border la poche du tablier

Un biais rabattu et un joli biais "fait-maison"

Un biais rabattu et un joli biais « fait-maison »

Le rideau s’ouvre

Carnaval pierrotJ’entre dans le monde de la couture comme on entre dans un théâtre.

J’y suis longtemps entrée par la grande porte, celle du public… et c’est déjà un premier pas : s’asseoir dans le fauteuil, éteindre son portable et se laisser habiter par le spectacle. Ce rôle de spectateur dans le monde de la couture remonte à mon enfance : regarder ma Maman et ma Grand-Mère « Mamie Adrienne » faire pour mes frères et sœurs et moi, des pantalons, des manteaux, des robes ; coudre pour la maison… Et surtout, les fameux costumes de carnaval !

Grâce à la couture, j’ai été Pierrot ou encore écuyère, le temps d’un carnaval, sur mon magnifique cheval à bascule noir. C’est sans aucun doute le costume qui m’aura le plus marquée.

Lorsque ma tante Aimée, couturière de métier, se mettait à parler avec ma Mère ou ma Grand-Mère, des mots aux étonnantes résonances éveillaient ma curiosité : « Non, ça ne va pas là : ça godaille… » ou encore « Qui a coupé du papier avec mes ciseaux ? Ils sont tout émoussés ! ».

Dès que j’ai pu atteindre la pédale de la machine avec mon pied, j’ai voulu coudre moi aussi. Un apprentissage plutôt empirique et surtout en pointillés pendant une quarantaine d’années : Habiller mes poupées, me coudre une première jupe, faire ma robe de mariée (avec ma Maman et ma Tante), coudre des bloomers ou des barboteuses pour mes filles, puis leur faire des sacs de danse, de voyage, leurs trousses ; personnaliser mon intérieur…

Enfin, je prends les choses en main. Apprendre, en vrai, pour que ce soit beau, digne de ceux qui en profiteront ; et surtout, pour pouvoir donner vie et forme à toutes ces « pièces » qui se bousculent dans mon imagination depuis si longtemps.

Pouvoir enfin faire la couture qui me ressemble.

Aujourd’hui, j’ose entrer par la petite porte de ce théâtre. Celle de ceux qui y travaillent. Je m’y sens comme une apprentie, rajeunie et tellement désireuse de réussir.

Noir salle, ouverture rideau, ambiance « lever du jour »… Le spectacle commence : au travail !

Je vous signale un blog entièrement dédié aux rideaux de scène où j’ai trouvé cette illustration.  J’ai aimé le sujet de ce blog qui concerne à la fois la couture et le spectacle.